Fertilisation azotée en maraîchage biologique : essais de bouchons de luzerne déshydratée

Agribio04 a suivi un essai de fertilisation azotée à base de bouchons
de luzerne déshydratée chez une maraîchère biologique à Pierrerue (04).

Chez les maraîchers biologiques, la nutrition azotée des cultures repose sur les rotations et l’introduction de légumineuses en engrais verts comme précédent des cultures exigeantes en azote, ainsi que sur l’apport d’engrais organiques, généralement issus de l’élevage (fientes ou fumiers de volailles, farines de plumes, etc.). Ces derniers sont relativement chers, et il n’est pas toujours évident d’introduire des engrais verts dans les rotations des systèmes maraîchers diversifiés sur petite à moyenne surface. C’est ce qui a conduit une maraîchère de Pierrerue (04) à s’intéresser aux bouchons de luzerne déshydratée. Cela découle également du fait qu’elle ait pu s’en fournir à prix abordable localement.

L’essai a été mis en place dans un tunnel froid (8m x 50m), sur un sol calcaire limono-sableux avec un taux de matière organique relativement faible (2,8%). Après que la serre ait été vidée de la culture précédente, 400 kg de paille ont été épandus, broyés et incorporés dans les 10 1ers cm de sol. La fertilisation a ensuite été réalisée fin juillet, selon 3 modalités :
- Modalité 1 (fertilisation classique = témoin, 2 planches) : guano
o Modalité 2 (1 planche) : guano + bouchons de luzerne
o Modalité 3 (1 planche) : bouchons de luzerne
Pour les 3 modalités, les doses ont été calculées afin d’apporter systématiquement 60 unités d’azote. Le sol a ensuite été préparé à la main sous forme de buttes pour accueillir des plantations de fraises, début août.
La dynamique de minéralisation de l’azote est suivie grâce à la réalisation de nitratest sur des échantillons de sol (mesure des reliquats azotés : taux d’azote dans le sol en kg/ha) toutes les 3 semaines/1 mois. Des notations seront également effectuées sur la culture (précocité, maladies, ravageurs), avec mesure du rendement.