L’Agriculture Biologique en PACA fin 2018 : Plus du quart des surfaces agricoles régionales est désormais bio !

3 552 exploitations
151 412 Ha
25,6 % de la SAU

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur garde la tête des régions françaises en ce qui concerne la part de la SAU cultivée en bio avec un taux de 25,6 % alors que la moyenne nationale est à 7,55 % et la deuxième région, l’Occitanie, à 15,1%.
La bio continue à se développer rapidement dans notre région. Fin 2018 ce sont 151 412 ha qui sont cultivés en bio soit une progression de près de 11% par rapport à fin 2017 et 3 552 exploitations qui sont désormais engagées en bio, soit 9,3% de plus que l’année passée, ce qui représente environ 19% des exploitations agricoles de la région. Il est intéressant de noter que ces chiffres montrent que les fermes bio sont en moyenne plus grandes que les exploitations conventionnelles.
Fin 2018 c’est un solde net de 306 fermes bio supplémentaires qui est comptabilisé par rapport à fin 2017 et on dénombre au total 14 389 ha supplémentaires engagés en bio. C’est moins que la progression de l’année précédente (+ 19 995 ha), bien que le cumul des surfaces en conversion soit en hausse (35 061 ha en conversion en 2018 contre 30 738 ha en 2017).
A noter que la progression des surfaces bio à l’échelle nationale est de 16,5% et que notre région se situe donc en dessous de cette moyenne. Toutefois cela n’est pas très surprenant dans la mesure où la bio est déjà très fortement implantée en Provence Alpes Côte d’Azur et que la marge de progression relative y est donc plus faible.

Chiffres clés 2018 par département

Quatre des six départements de PACA sont dans le « top ten » des départements français, en termes de taux de pénétration de la bio. Avec 28,8% de sa SAU en bio les Bouches-du-Rhône est le premier département de France sur ce critère, talonné de près par les Hautes-Alpes avec 28,7%. Hormis les Alpes-Maritimes, tous les départements de la région dépassent les 20 % de SAU en bio.
En ce qui concerne les surfaces, le département des Bouches du Rhône devient le premier département de la région avec 40 796 ha cultivés en bio, détrônant les Alpes-de-Haute-Provence (39 625 ha). Viennent ensuite les Hautes-Alpes, le Vaucluse, le Var et les Alpes-Maritimes. C’est toutefois dans le Vaucluse que l’on comptabilise le plus grand nombre d’exploitations certifiées bio (911).
La taille moyenne des exploitations bio de la région est de 42,6 ha mais ce chiffre cache des disparités importantes entre les départements : entre 20 et 25 ha dans les départements des Alpes-Maritimes, du Var et du Vaucluse contre plus de 40 ha dans les Bouches-du-Rhône (effet Camargue et Crau) et 70-80 ha dans les départements des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute Provence ou les systèmes d’élevage et les surfaces pastorales sont plus présents.

Chiffres clés 2018 par filières végétales

Pratiquement toutes les filières végétales enregistrent un taux de croissance à 2 chiffres : de 10 % pour les grandes cultures et les Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales, 13 % pour les fruits, à 18 % pour la viticulture. A noter que sur cette filière on observe des dynamiques très différentes entre les départements viticoles. Les surfaces progressent très fortement dans le Var et les Bouches-du-Rhône (respectivement + 37% et +28% entre 2018 et 2017) et relativement peu dans le Vaucluse (+5%). En ce qui concerne plus spécifiquement les fruits à pépins (pommes et poires), les surfaces (bio + conversion) continuent à augmenter mais la dynamique de conversion semble se tasser puisque les surfaces en conversion restent à peu près sables pour les pommes (+3%) et diminuent sensiblement pour les poires (-15%).
Seule la filière des légumes frais a une croissance moindre, mais qui reste soutenue (+ 8%).
A noter la stagnation des Surfaces Toujours en Herbe (STH) qui se stabilisent à 72 527 ha.
Hors surfaces fourragères, la viticulture demeure la filière qui compte le plus de surfaces engagées en bio avec 20 636 ha, suivie par les grandes cultures, avec 12 117 ha.
En ce qui concerne le taux de pénétration de la bio au sein des différentes filières, c’est au niveau des cultures fourragères que celui-ci est le plus fort (28,3%), ce qui, compte tenu de l’importance des surfaces fourragères dans l’assolement régional, tire la moyenne vers le haut.
Pour les autres filières, c’est en viticulture que la part des surfaces en bio est la plus élevée (22,5%). Ce taux est également important sur les filières fruits (19,8%) et PPAM (17,4%) dont les surfaces en bio se sont développées rapidement ces dernières années. Il est plus modeste mais toutefois loin d’être négligeable sur les filières légumes (14,4%) et Grandes Cultures (13,0%).

Chiffres clés 2018 par filières animales

Du côté des filières animales, les dynamiques sont plus contrastées. Chez les ruminants, les cheptels de vaches allaitantes et de brebis viande sont relativement stables (respectivement +2 % et +3 %). Le cheptel régional de vaches laitières biologiques ou en conversion augmente de 13 %, porté par l’accélération des conversions. C’est le cheptel de brebis laitières qui s’accroit le plus fortement (+75%).
Les dynamiques chez les monogastriques sont également variables. Le cheptel de truies (très peu important dans la région) a progressé de 9 %, entre 2017 et 2018. Celui des poulets de chair progresse de 10 % sur la même période alors que le cheptel de poules pondeuses diminue de 5 %.
Le taux de pénétration des principales filières d’élevage régionales est d’environ 33% pour les bovins viande, 25% pour les caprins mais de seulement 7% pour les ovins viande qui est une des productions emblématiques de la région. Côté monogastriques, 10% du cheptel de poules pondeuses est conduit est bio alors que moins de 2% des poulets de chair sont certifiés.

Chiffres clés 2018 des opérateurs aval

La région Provence Alpes Côte d’Azur compte 1 919 opérateurs engagés en bio fin 2018, contre 1728 l’année précédente (+11%). Elle se place en 5ème position des régions françaises et rassemble 9,5% des opérateurs aval bio de France. Le département des Bouches-du-Rhône est le 2ème département français (après Paris) en termes de nombre d’opérateurs aval engagés en bio (639 opérateurs).
Au niveau régional, la progression du nombre de distributeurs bio est particulièrement importante : + 88 distributeurs, soit 18,7% de plus par rapport à 2017. En parallèle, 93 nouveaux préparateurs (+7,6%) et 10 nouveaux importateurs (+25%) ont démarré une activité bio sur le territoire.

Sources : Agence Bio

Rédaction : « Bio de Provence-Alpes-Côte d’Azur » pour l’Observatoire Régional de l’Agriculture Biologique PACA.

Les membres de l’ORAB PACA :

Cliquez-ici pour accéder au communiqué "L’AB en PACA fin 2018 : Plus du quart des surfaces agricoles est désormais bio !" en format PDF.