Mieux valoriser les potentialités de l’agriculture biologique en Pays Gapençais.

présentation de ce projet sollicitant un financement LEADER.

Plus d’information sur : www.europe.regionpaca.fr

Contexte

Dans un contexte de révision de la politique agricole commune et en raison de divers autres facteurs tels que le vieillissement des vergers, les épisodes de gel tardif lors de la floraison pendant plusieurs années consécutives, et la crise économique due à l’embargo algérien, plusieurs arboriculteurs conventionnels haut-alpins du bassin gapençais (et Sisteronais-Buech) ont converti des vergers à l’Agriculture biologique. Toutefois, passer en Agriculture Biologique nécessite une transition, un changement de système autant en ce qui concerne les aspects techniques / agronomiques que les aspects économiques et commerciaux. Ainsi, pour pérenniser la viabilité d’une activité, une telle conversion doit s’accompagner d’une réappropriation de la commercialisation et de la création de filière par les arboriculteurs eux-mêmes.

Finalité

L’objectif est :
- de mettre en réseaux des acteurs partageant des valeurs et des pratiques communes (leurs métiers et la manière de le pratiquer). Mais aussi d’inspirer d’autres acteurs et ainsi de rejoindre la démarche de l’agriculture biologique et la réappropriation de la commercialisation.
- d’accompagner les producteurs dans leurs choix en matière de développement et de communication sur de nouveaux produits transformés. Cela permettra de leur assurer des débouchés stables et rémunérateurs (performance économique) et de valoriser la totalité de leur production (utiliser les écarts de tri).
- de communiquer sur la spécificité territoriale et le savoir-faire mis en œuvre pour la fabrication de ces produits. Ainsi, leur activité valorisera une production locale et la rendra visible sur le territoire (identité territoriale) en toute transparence pour le consommateur. Cela renforcera l’attractivité du territoire par le développement des produits locaux et issus de l’Agriculture Biologique.

Actions

Le territoire du Pays Gapencais sera un territoire pilote. Au terme de ce projet, nous espérons que des acteurs des territoires voisins nous rejoignent dans ces actions.
Pour ce projet nous prévoyons 3 actions principales :

Action 1 : Découvrir et s‘inspirer
(favoriser la mise en réseau)
- organisation d’un voyage de visite d’une entreprise spécialisée produits à base de fruits (potentiellement chez Thomas Le Prince)
- organisation d’une visite et / ou d’un entretien avec l’école Bocuse
- échanges ponctuels avec des experts en structuration filière et accompagnement issu du réseau FNAB et du réseau GR CIVAM et l’ADEAR05 (en lien avec leur projet Agroecologie)

Action 2 : De l’idée individuelle au projet collectif
(forger une identité partagée du territoire et des valeurs communes)
- travail de préparation pour d’une part identifier les produits transformés commercialisables par les participants et d’autre part, discuter lors d’un « brainstorming » des idées de chacun pour de nouveaux produits. Dresser un bilan des projets de transformations individuelles pour réfléchir à une mutualisation du matériel de transformation.
- définir une stratégie sur le long terme soit par la création d’une nouvelle structure (CUMA, EARL ou autres) soit au sein de la coopérative Alpes Coop Fruits ou à façon par prestation avec des outils de transformation déjà existants.

Action 3 : Vers de nouvelles saveurs bio et locales

(forger une image)

En collaboration avec un groupe d’étudiants :
- définition d’une stratégie pour une nouvelle gamme de produits à base de pommes ou poires bio et produites sur le bassin gapençais (recette, noms, packaging,…)
- études de marché, de faisabilité
- réflexion commune pour définir l’échelle du projet de l’atelier de transformation avec une dimension inter-régionale
- étude des pistes de financement de la construction de la chaine de production ou estimation des coûts pour de la prestation.

Temps de travaux de groupes pour définir une image commerciale commune (logo, charte graphique, plan de communication) :
- rencontres avec les distributeurs (Biocoop, magasins de producteurs locaux, supermarchés)
- rencontres et enquêtes avec des consommateurs (Association des bio-copains, R.E.S.P.E.C.T., groupe d’étudiants du pôle universitaire de Gap, école primaires du gapençais)